2017 ça rime avec fête!

Ce billet pour vous annoncer que la rubrique mensuelle « Let’s talk about » va se transformer en rubrique culturelle pour promouvoir des auteurs, des écrivains, des artistes, bref des oeuvres humaines au sens large.

A la suite de quatre années passées en Indonésie, notre retour en janvier 2015 avait lieu sous des augures particulièrement sinistres avec Charlie Hebdo quelques jours après notre arrivée, pour se finir monstrueusement au Bataclan et aux terrasses des cafés. 2016 n’a pas été beaucoup plus agréable non plus en la matière. Je souhaite me concentrer sur de l’humain et de la culture au travers de personnalités riches en elles-mêmes, aux âmes complexes et décomplexées, soucieuses d’alerter leurs contemporains sur les grands défis de notre époque, attachées à parler de l’essentiel par rapport à des valeurs universelles.

Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous en janvier 2017 pour une première interview, celle d’un écrivain talentueux proche de ses lecteurs, auteur de thrillers tous particulièrement poignants de réalisme et d’humanité.

2017 voeux
de 2016 à 2017

About « collectif » 12/2016

Le sens retrouvé du collectif ?

« Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas. » Malraux était peut être visionnaire, nul ne le sait avec certitude, mais ce qui est sûr en cette fin d’année 2016, c’est ce formidable mouvement des masses dans nos vieux pays d’occident, vers plus de justice et de rigueur au sein des nouvelles classes politiques dirigeantes. De Podemos en Espagne jusqu’au plus récent Brexit, de Trump, milliardaire américain élu contre toutes attentes à la Maison Blanche, à Sarkozy évincé de la scène politique, en passant par Jupé exclus lui aussi à un âge avancé de sa carrière mollissante, jusqu’à notre président s’avouant vaincu tout juste hier, enfin édenté par tant de « sans-dents » prêts à payer deux euros pour aller voter chez leurs adversaires au premier comme au second tour, nous ne pouvons qu’observer cette aspiration incontestable vers un retour à des valeurs de respect des populations et, souhaitons-le, des plus démunis, mettant au pouvoir non pas des socialistes tous plus dépendants les uns que les autres des caprices de leurs financeurs, mais au contraire et à la surprise quasi générale, des représentants d’une droite autonome, aisée mais austère, réaction des masses que certains pensent néanmoins légitime au regard de tous les abus observés depuis une dizaine (que dis-je une trentaine !) d’année, et du risque mortel encouru par 100% de Niçois un soir du 14 juillet, 8 mois après une hécatombe meurtrière sur les trottoirs parisiens. Il est temps me direz-vous ? A tort ou à raison? Que cette droite soit plus indépendante ou pas, la question se posera en temps utile. Il n’en reste pas moins que ces masses hier silencieuses se sont enfin exprimées en faveur d’un renouveau drastique que l’on espère salutaire, obligeant l’opinion publique à tenir compte d’une valeur hier en perdition : le collectif.

De là à parler de collectivisme, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement pour vous soumettre une solution relativement récente de financement collectif : les plateformes de « crowdfunding » ou plus exactement les plateformes de « financement participatif » pour échapper à toute connotation politico-dérangeante à l’heure où l’individualisme règne (encore !) en maître (Malraux qu’en pensez-vous ?!).

Voici donc un lien vers un outil de comparaison des différentes plateformes existantes telles que Leetchi.com, Lepotcommun.com, Tilt ou bien Colleo ou RueDesCadeaux :
comparatif des cagnottes en ligne

… ainsi qu’un autre lien vers Kisskissbankbank, plateforme qui se démarque largement par rapport aux autres pré-citées, puisqu’il s’agit (dans ce lien uniquement) du financement d’un projet autrement plus couteux qu’un petit album photo: celui d’un livre richement imprimé et illustré d’un grand nombre de photos de famille.

Journal d’Indochine, carnets de guerre 1949-1951

Kisskissbankbank sera donc plus adéquat si vous souhaitez mettre en exergue l’histoire très particulière d’un ancêtre qui a valeur d’exemple non seulement individuellement (pour vous ou vos proches) mais collectivement (pour l’ensemble d’une société humaine).

Pour clore ce billet « collectif », je vous invite vivement à reléguer le rasoir pour papa ou la machine à pain pour maman au rayon des cadeaux ringards de Noël 2016 en cliquant sur l’une de ces plateformes pour offrir à votre famille/vos parents un cadeau inestimable et inoubliable : UNE BIOGRAPHIE FAMILIALE, dont le financement sera partagé entre tous les membres de votre famille, volontaire ou pas. Dans collectif, il y a « collecte », soit, mais l’essentiel est de rester libre !

Corinne Boisbluche, le vendredi 2 décembre 2016

Journal en allemand

Translation-Übersetzung

Traduction de l’Allemand vers le Français d’une auto-biographie réalisée en 2010 à la demande des enfants du sujet.
Je vous présente ici la préface du livre de K-H.S. intitulée « A mes enfants ».

J’ai écrit ces chroniques non seulement de mon propre chef mais également par la volonté exprimée de mes enfants. Il s’agit de mon autobiographie telle qu’elle peut être rédigée d’après les souvenirs qui surnagent après tant d’années. Peut être ces souvenirs apparaissent-ils sous un éclairage propre à mon ressenti, et non tels qu’ils étaient en réalité. Quoiqu’il en soit, je souhaite les évoquer de la manière la plus objective possible, aussi loin que ma mémoire puisse me porter.
Parmi les souvenirs encore disponibles me viennent quelques images d’avant-guerre. Ma terre natale dans l’ex Allemagne de l’Est fait partie des dossiers engloutis pour faits de guerre. Je ne veux pas non plus dresser une liste de dates, ce qui deviendrait vite ennuyeux, mais plutôt assembler plusieurs petites histoires et anecdotes, certaines graves d’autres comiques, afin de livrer un contenu agréable et intéressant au lecteur. Bien sur j’aurais pu passer sous silence d’infimes aventures sans importance, comme par exemple mon tour en calèche, lors du second mariage de ma mère. Cet événement parmi d’autres, si minime soit-il, m’a tellement marqué que je l’ai joint à ce récit.
Ce livre relate non seulement l’histoire de MA vie, relativement normale et sans éclats, mais également l’histoire d’une époque s’étalant sur plus d’un siècle si l’on y inclut la vie de mes parents. Je m’adresse à mes enfants, Anne Marie, Liesel et Thomas ainsi qu’à tous mes petits-enfants, lecteurs sinon les plus importants du moins prépondérants à mes yeux.
Sans doute en viendrez-vous à vous interroger sur le pourquoi ou comment de cette démarche, en d’autres termes quel motif ou événement a pu me conduire à rédiger ces lignes. En voici l’explication.
L’idée a germé en 1979, lors d’un déplacement professionnel sur Coblence. A cette époque Liesel vivait en « union libre » avec Joachim à Francfort sur le Main (« liberté quand tu nous tiens ! »). Rachel et moi avions donc eu l’idée de faire d’une pierre deux coups, arriver la veille de mon rendez-vous chez Liesel, pour nous permettre un aller-retour rapide sur Coblence le lendemain matin, et revenir passer avec elle le reste de la journée. Ce détail n’en étant pas vraiment un, autant préciser de suite que Joachim devait se rendre le lendemain de notre arrivée, à la convocation des autorités militaires, à la suite de sa demande de report d’incorporation. Jusque là rien à signaler. Le lendemain, précisément le 13 mars 1979, Liesel décida de nous accompagner, du fait qu’elle était encore en convalescence de son opération de la hanche. Le voyage se déroula sans difficultés et la visite à mon client fut vite expédiée. Comme nous avions emprunté la rive gauche du Rhin en direction de Coblence, nous décidions de rentrer sur Francfort par la rive droite. Il était convenu de nous arrêter évidemment à Eltville, un lieu chargé de sens pour Rachel et moi. J’ignore si vous saviez que nous nous sommes mariés dans cette ville et y avons vécu notre première année de mariage, puis plus tard y avons habité plusieurs années. Nous avons fait halte chez « Maman Müller », un restaurant, sinon le meilleur, du moins excellent dans les environs. Rachel et moi avons évoqué nos premières années de mariage à Liesel, l’endroit nous inspirant quelques souvenirs. Lorsque Liesel s’exclama soudain qu’elle ignorait tout de la jeunesse de ses parents avant leur mariage. Je lui fis alors la promesse d’écrire, avant de prendre congés de ce monde, le récit d’un temps que mes enfants ne pouvaient avoir connu.

Interview biographie mémoires

Parcours



PARCOURS
Entrée chez Eurosport en 1992, filiale du groupe TF1, j’en suis ressortie en 1998 pour retourner aux études. Un diplôme de cadre commercial export en poche, j’ai parcouru les pays germanophones (Allemagne, Suisse et Autriche) avant de m’expatrier une première fois à Montréal en 1999. Ensuite chargée d’affaires en SSII, le tournant du siècle a clôturé l’activité de mon employeur, m’emmenant vers un contrat court de consultante RH durant 15 mois, mon entreprise servant de projet politique pour ouvrir le marché du placement des demandeurs d’emploi aux entreprises privées. Devenue mère de famille, j’ai évolué ensuite dans la formation, puis emmené mari et enfants sur un projet d’expatriation en Indonésie pendant quatre années en 2010. Jean Couteau, chroniqueur pour l’équivalent du journal Le Monde à Jakarta, également écrivain et critique d’art polyglotte, a collaboré à nos produits d’édition et salué mes compétences à l’écrit en anglais. Il n’en fallait pas plus, de la part d’un anti-flagornerie, pour me convaincre de la pertinence du métier! De retour en France depuis janvier 2015, je n’ai de cesse de rencontrer des personnes de tous horizons pour raconter de l’histoire humaine, structurer les contenus de communication et fournir un service irréprochable, quelle que soit la langue d’expression ou la culture concernée.

En résumé :

    en France,

Eurosport, Groupe Bouygues TF1, gestionnaire commerciale (1992-1998)
Agorial Normandie, consultante export (1998-1999)
Normandie Développement, Chambre d’Agriculture de Basse-Normandie (1998-1999)
RITM Conseils, Chargée d’affaires Grands Comptes (2000-2003)
Maatwerk France, consultante RH (2003-2004)
Sous statut indépendant, Formatrice en gestion, commerce international et techniques de vente (2007-2010)

    au Canada,

(1999-2000)
Uptown VOLVO à Montréal, prospection et vente bilingue de véhicules neufs pendant un an.

    en Indonésie

(2010-2014)
PT BKB VIP Club , direction d’une entreprise indonésienne distribuant des produits high tech sur le marché HORECA à Bali (Directoclip, VIPVoucherClub, VIPMagazine) auprès d’hôtels et restaurants de luxe.

En parallèle à ce métier de biographe, j’ai récemment développé une activité d’éditrice auprès de librairies indépendantes soucieuses de fournir des contenus de qualité auprès d’une clientèle exigeante. Par ailleurs, les évolutions technologiques en cours représentent une circonstance indéniable nous poussant à nous adapter, notamment par le biais de la formation, voire… la trans-formation! Auteur, aux éditions BO (pour Biographe Online), je réalise mes couvertures en autonomie, soucieuse de faire travailler également un maximum d’indépendants (dessinateurs, compositeurs, graphistes et artistes divers). La première collection des éditions BO vous présente un thriller particulièrement sanglant de la collection Sangle enclume, ouvrage de 225 pages titré Tyrannie et châtiment et signé Elma Slaefolger. Corinne Debreilly, auteure plus conventionnelle, signera ultérieurement un recueil de poèmes à paraître en janvier 2022.