acacia et ses défenses naturelles

Du bon sens en 2022!

Temps de lecture : 2mn

Bonjour lectrices et lecteurs que j’espère curieu.ses.x!

Il m’est revenu en mémoire un excellent reportage sur les « arbres tueurs » (cf. sources ci-dessous) en même temps que mon fils revenait de l’école pour sa pause-déjeuner avec un peu de fièvre donc s’inquiétant de risquer la contamination de ses camarades. L’autotest est négatif. Ouf ! Pour autant, je ne vais pas me précipiter faire un autre test chez un professionnel. Pourquoi ? Justement à cause de ce reportage.

Docu Le cri des arbres tueurs, coproduit par France5 écrit et réalisé par Eric Gonzalez
Vieux documentaire de France5 sur la capacité de la nature à développer ses propres défenses

Que nous démontre ce documentaire ? Dans la nature, certaines variétés d’arbres se défendent de l’attaque des animaux sauvages en fabriquant du poison. Le premier arbre attaqué meurt de l’agression d’un cervidé dévorant toutes ses feuilles (en l’occurrence l’acacia dans le documentaire). Dans un périmètre de plusieurs dizaines de kilomètres, des scientifiques nous démontrent que le premier arbre va avertir ses congénères leur permettant de fabriquer à l’avance le poison pour tuer l’animal migrateur se déplaçant vers d’autres arbres. Le second arbre averti aura eu le temps de fabriquer dans ses feuilles le poison qui tuera l’agresseur. Ne serait-ce pas le même principe pour les virus et nos anticorps ? Plusieurs scientifiques (M. Vanden Bossche entre autres) ont déjà expliqué qu’un virus a pour principal objectif de « rester vivant » et développe donc des variants qui, au fur et à mesure de leur adaptation naturelle, vont devenir plus contagieux tout en perdant de leur caractère létal (d’après les statistiques).

Lanceur d'alertes Geert Vanden Bossche
Un expert lanceur d’alertes Geert Vanden Bossche

Vous admettrez qu’un « politique » au sens premier du terme n’est pas un « scientifique ». Si la COVID a fait des millions de morts en 2020, ça n’est plus d’actualité aujourd’hui. Les médias ne nous parlent plus de « décès », ils nous parlent de « cas ». Par ailleurs, l’histoire nous a enseigné qu’une population maintenue sous la peur est une population manipulable dans tous les pays, toutes les cultures, toutes les appartenances et toutes les époques.

Une longue expérience de vie m’a aussi appris une chose : lorsque l’humain ne souhaite plus vivre, lorsque son âme est fatiguée, aucun médecin ne peut empêcher son départ. Variant ou pas variant, vacciné ou non vacciné, soyez assuré que, sur un autre plan, l’âme décide de sa disparition et de la manière d’en finir. C’est pourquoi, en même temps que des vœux de santé, je vous transmets tous mes vœux de sérénité, afin de ne plus avoir peur, face à des variants qui vous permettront de développer des anticorps. En conséquence, faut-il vous souhaiter des anticorps ? Peut-être ! Apprenez à dialoguer avec votre âme et faites appel à votre bon sens, plutôt que d’être soumis inutilement à la peur.

vaccin sars-coV2
Geert Vanden Bossche et la vaccination de masse

Si nous sommes toujours en démocratie, dans un pays communément dit « développé » nous permettant de réduire les risques de développer une forme grave de la COVID grâce au vaccin, laissons choisir les plus âgé.e.s d’y avoir recours… ou pas. Nos aînés.e.s ont assez vécu pour avoir le droit de choisir. Le choix n’est-il d’ailleurs pas le propre d’une démocratie ? Sommes-nous toujours en démocratie ? Cette longue expérience de vie m’a enseigné que tout est toujours possible. Dans les années 60, les femmes se promenaient en mini-jupes dans les rues de Kaboul. Tout peut changer progressivement et ce qui est réel aujourd’hui peut disparaître demain.

Biographe-online.com vous souhaite donc une excellente nouvelle année 2022 qui rime avec mieux !

C. Boisbluche Debreilly, le 7 janvier 2022

Sources :

Documentaire titré « Le cri des arbres tueurs » écrit et réalisé par Eric Gonzalez, Production Frédéric Lepage et Paul Cadieux, Tele Images Nature, Les productions Espaces Verts et France 5, avec le concours du Centre National de Cinématographie (video transmissible en me contactant).

Interview Geert Vanden Bossch du 23 décembre 2021 ttps://www.youtube.com/watch?v=nr-1W18i4gM

article interview de Robert Verkerk, The Defender du 18 mars 2021 => https://childrenshealthdefense.org/defender/analyse-du-point-de-vue-du-dr-vanden-bossche-sur-la-vaccination-de-masse-distinguer-le-vrai-du-faux/?lang=fr

 

Le rendez-vous des Lectivores!

Définition de LECTIVORE : mot d’origine latine composé du radical lecti (emprunté au nom #lecture) et du radical de vorare (le latin de dévorer). Personne dont le penchant principal consiste à lire des livres de toutes sortes à la manière du carnassier qui dévore plutôt qu’à celle de la poule qui picore ! Dans une fréquence a minima d’un livre par mois, le lectivore s’éloigne des écrans plats neurovores (vous reconnaîtrez l’emprunt au mot neurone;-D), pour investir le monde de l’imaginaire ou augmenter ses connaissances et expériences.

 

La mythique Marilyn écrit. Si attirante et si solitaire, a-t’elle suffisamment lu?

Le lectivore est adepte de sensations fortes autant dans sa consommation de thrillers que dans des lectures plus classiques faisant appel à l’imaginaire et aux sentiments. N’est pas lectivore qui veut puisqu’un palmarès d’un livre par an relève plus d’une lecture famélique que d’une propension à jouer au junky des lignes ;-D). Le lectivore se rencontre dans des événements de type « festival du livre » comme celui qui aura lieu le dimanche 10 octobre à proximité du Château d’Anet en Eure-et-Loir (28) dans les magnifiques locaux du DIANETUM , de 10h à 18h. Venez nombreux ! J’aurai le plaisir de proposer les derniers exemplaires de Tyrannie et châtiment, distribué à Caen, Villers-sur-mer et Cabourg. Un concours organisé par Virginie Guillon créatrice de la page #Facebook Les addicts à la lecture sous la forme d’un jeu de piste vous fera naviguer entre les stands. Je me suis penchée sur des livres très jeune… sans jamais tomber !

Biographe-online vous souhaite un octobre ensoleillé et serein. C. Boisbluche Debreilly

 

3e salon du livre d’Anet en Eure-et-Loir (28) le dimanche 10 octobre 2021
DIANETUM d’Anet – chemin des Cordeliers – magnifique lieu de prédilection dédié aux festivals et animations culturelles ou professionnelles
Un article de L’écho républicain – 3e salon du livre de la ville d’ANET (Eure-et-Loir – 28) le 10 octobre 2021

Un dimanche de septembre 2021, comme une étape.

Le ciel et la nature, le subtil et l’apparent.

Les bénévoles ça suffit, il préfère sa biographe!

Promenade dominicale

Temps de lecture 4min – les prénoms ont été modifiés.

Henri mon premier ‘biographé’ s’ennuie, fait des allers-retours en milieu hospitalier où des services lui sont proposés pour améliorer l’ordinaire d’une condition physique très dégradée par un AVC : kiné, ostéopathe, infirmière, thérapeute… etc. Après chaque alerte il est renvoyé à son domicile. À 83 ans, il se déplace lentement en fauteuil roulant d’un seul bras encore valide et sa femme, Marie-Hélène, à plus de 80 ans elle aussi, ne peut ni le porter ni l’emmener dehors. La rampe est trop raide et le fauteuil trop lourd. Je leur rends visite de temps à autre. Pas assez peut-être, car je cultive l’art des bonnes surprises. Habituer une personne de son âge à une visite régulière m’obligerait à être toujours au rendez-vous et le jour où j’ai un empêchement, je m’en voudrais de le décevoir, d’autant qu’il exprime souvent son impatience auprès de son épouse. À ne rien promettre, on ne déçoit jamais personne. À tous les âges la qualité vaut mieux que la quantité, n’est-ce-pas ?

Il m’a appelée jeudi dernier. Les bénévoles, ça suffit, il préfère sa biographe ! Son livre est terminé depuis longtemps, mais j’aime maintenir le lien et fêter les anniversaires, me rendre disponible pour eux, même si la prestation est bouclée et la biographie imprimée. Dans quel état serai-je à leur âge !? Cette fois, je vais rester trois heures chez eux. Une heure de promenade dehors, et Marie-Hélène peut se reposer, car il l’a empêchée de dormir la nuit d’avant. Elle me voit manœuvrer le fauteuil et m’explique :

  • — Il a voulu un siège plus large et Catherine l’a commandé. On l’a reçu cette semaine celui-là, mais… il passe mal les portes…
  • — Ah oui en effet, c’est juste juste !

Je passe la porte-fenêtre vers la terrasse à reculons pour atteindre la rampe et descendre le fauteuil jusqu’au portail.

Combien l’humain est beau, combien nous sommes égaux…

promenade dominicale chemin de halage
Promenade dominicale en bordure de Seine

Il m’arrive de rêver à les réunir tous ces biographés, leur montrer combien l’humain est beau, combien nous sommes égaux dans nos malheurs, combien l’important c’est le cœur, quand on veut bien regarder à l’intérieur comme disait Saint-Exupéry. Henri s’est fait vacciner bien sûr. Deux injections qui ne lui ont strictement rien fait. L’emmenant vers les bords de Seine, je lui déclare :

  • — En ce qui me concerne, les vaccinés qui sont contre le passe sanitaire, ceux-là ont tout mon respect. Le vaccin, chacun fait ce qu’il veut, mais le passe franchement… Qu’en pensez-vous ?

  • — Vous avez raison, je suis bien d’accord. Ce passe sanitaire, ça empêche les gens de travailler.

Je m’en doutais un peu. Et puis nous partageons les mêmes idées souvent. Nous nous promenons sur le chemin de halage, lieu de promenade dominicale offrant un panorama sur les rives de Seine dont la clarté ravit les pupilles. Aujourd’hui n’est pourtant pas jour de soleil, mais le cours d’eau semble aspirer la moindre étincelle de lumière pour la refléter autour. Un concours de pêche est en cours.

  • — Alors ça mord ?

  • Pas tant que ça, on aimerait plus ! me répond l’inconnu.

Promenade dominicale une activité rafraîchissante
Même en fauteuil, il est possible d’apprécier un paysage à l’occasion d’une promenade

Je devine le sourire d’Henri me tournant le dos, assis dans son fauteuil. Il a toujours été plutôt timide et peu expansif. Nous avons fait demi-tour. Il est temps de rentrer, car le ciel s’assombrit. J’accélère. Je cours même pour monter la petite pente sans trop d’effort grâce à l’élan de la vitesse. Nous sommes arrivés au sommet, sa maison est en vue. Il me parle de sa femme, m’avoue être pénible avec elle, il lui demande parfois des choses inhabituelles, et elle l’envoie promener. « Il faut me supporter, je le sais bien!».

De fil en aiguille je lui demande :

  • — Henri, à ce sujet, j’ai une question pour vous. Vous me répondez ce qui vient, mais vous avez le droit de réfléchir un peu avant de répondre. D’après vous, le sentiment amoureux est-il de même nature que le sentiment filial ? Est-ce que c’est la même chose, aimer ses enfants et aimer sa moitié ?

Henri met moins d’une seconde pour me répondre sur un ton à la fois agacé et surpris :

  • — Non, ce n’est pas la même chose…

  • — Pourquoi ? Pour quelle raison serait-ce différent, l’amour filial et l’amour de l’autre ?

  • — Ce n’est pas la même chose voyons, nos enfants… Il grommelle quelque chose. Derrière lui, je ne capte rien.

  • — Je n’ai pas tout saisi, suis à moitié sourde, désolée ! Les enfants… vous dîtes ?

  • — Les enfants… ch…. sont….. notre….. réponse incompréhensible… Je finis par me pencher complètement sur le côté pour être sûre d’entendre son argument.

  • — Vous dîtes que c’est la chair de notre chair, c’est ça ?

  • — Les enfants, on a envie de tout faire pour eux, on a toujours envie de leur faire plaisir aux enfants…

  • — Et alors, l’être aimé, on a toujours envie de lui faire plaisir aussi, non ? Quand on aime, on voudrait tout le temps faire plaisir à l’autre… ?

Henri reste silencieux. Je sens les premières gouttes de pluie et reprends ma course. Nous rentrons devant quelques biscuits et du champagne que je leur ai apporté. J’ai quelque chose à fêter, car je participe à un salon en tant qu’auteure et nous restons à bavarder pendant encore deux bonnes heures. Ils me parlent des soignants qui demandent sans réfléchir si c’est normal que Henri ait la bouche de travers! La dernière fois, le couple a pouffé de rire. Ils me parlent de leurs filles, de la vie de couple, de la vie. Ce dimanche se terminera gentiment.

Dès le lundi, la semaine reprend et j’emmène mon fils à son piano. Il est 17h et le téléphone sonne. C’est Henri. Il a pensé à moi toute la nuit. Il n’a pas fermé l’œil et trouve ça étrange. Je doute que le sujet passe sanitaire l’ait beaucoup tourmenté. Henri est un ancien patron, directeur de structure dans une grosse PME devenue groupe mondial. Les grands esprits parlent des idées plus que des gens. Les grands cœurs finissent, comme Saint-Exupéry, par se questionner et comprendre de l’intérieur : L’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le cœur.

Biographe-online.com, Suresnes le 6 octobre 2021

9e salon littéraire de la gastronomie

9e salon littéraire de la gastronomie avec cocktailetculture.com vendredi 18 octobre 2019
salon littéraire gastronomie cocktailetculture.com
salon littéraire gastronomie cocktailetculture.com
Liste des écrivains participant au 9e salon littéraire de la gastronomie le vendredi 18 octobre 2019

Biographe-online.com est heureux de vous convier à sa séance de ventes dédicacées le vendredi 18 octobre 2019, à l’occasion du 9e salon littéraire de la gastronomie, en présence de Monsieur Marcel Derrien, ancien directeur de l’école Le Nôtre et unique Meilleur Ouvrier de France, classe pâtisserie chocolaterie en 1968. Ce merveilleux grand-père, bourré d’humour et de décontraction dédicacera sa biographie professionnelle titré Beurre, sucre et ferveur! Marcel Derrien, artiste chocolatier.

L’événement aura lieu à partir de 19h00 dans les salons du CFA Médéric, l’École Hôtelière de Paris, 20 rue Médéric, Paris 17e.

Toutes les informations en cliquant sur http://cocktailetculture.com que Biographe-online.com remercie chaleureusement.

Venez applaudir le/les lauréats du prix Archestrate 2019 et plaisanter savoureusement avec mon ami Marcel qui ne se départit jamais d’une remarquable et délicieuse malice… délices… pour écrivains en lice… en territoire gastronome, on ne saurait mieux choisir!

Les 16 premières pages de cette biographie sont accessibles par ici.

Au plaisir de vous y retrouver très bientôt !

Corinne Boisbluche – septembre 2019

la 4ème JNEP 2019

Académie des Écrivains Publics de France - JNEP 2019
AEPF – JNEP 2019, une journée qui a pour thème « l’écrivain public: un écrivain comme un autre »

L’Académie des Écrivains Publics de France est heureuse de vous recevoir le vendredi 24 mai prochain afin de communiquer et échanger sur les bonnes pratiques et les enseignements du métier d’écrivain public.

Sur réservation uniquement disponible en cliquant sur le lien suivant:

=> https://www.helloasso.com/associations/academie-des-ecrivains-publics-de-france/evenements/4e-journee-nationale-des-ecrivains-publics-jnep

L’événement a lieu dans les locaux de l’école La Générale au 11 rue Rabelais à Montreuil et introduira le thème artistique de « l’écrivain public, un écrivain comme un autre« .